Camille Riquier, Philosophie de Péguy ou les mémoires d'un imbécile

Camille Riquier, Philosophie de Péguy ou les mémoires d'un imbécile

Péguy, une pensée en puissance

« Socialiste, dreyfusiste, révolutionnaire, internationaliste, anarchiste, patriote, journaliste, historien... » Sous le « fatras » apparent des interventions d'un Péguy démultiplié, CAMILLE RIQUIER fait transparaître une philosophie hors système.

« Si je crois à la vie, personnelle, post-mortelle ? Mais, mon vieux, j'y crois plus qu'à ma vie actuelle », confiait Péguy à Joseph Lotte. L'un des aspects les plus attachants de l'éternel « vaincu », né après la défaite de 1870, déçu par la modernité et abattu aux premières salves de 1914, est l'énergie avec laquelle il affirme son attachement à une vie autre. Qui aurait cru que cette vie-là - celle qui n'exista pas et qui n'existera jamais - pouvait aussi être productive ? Camille Riquier, excellent spécialiste de Bergson, lui donne toute sa portée : il étudie la philosophie que n'écrivit pas l'homme que Péguy ne fut jamais.

Comment s'opère cette plongée dans les richesses du virtuel ? Pour le comprendre, revenons aux carrefours. Alors que Péguy vient de manquer l'agrégation de philosophie, il s'engage dans l'action dreyfusiste, fonde la librairie socialiste Georges Bellais, bref se donne corps et âme à sa vocation, le socialisme. Ou plutôt à sa seconde vocation ; la prem ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes