Paul Nougé et Louis Scuternaire, figures centrales du surréalisme belge

Paul Nougé et Louis Scuternaire, figures centrales du surréalisme belge

Deux seigneurs de l'insensé

On réduit souvent à Magritte le surréalisme belge, pourtant si prodigue et singulier. Les écrivains PAUL NOUGÉ et LOUIS SCUTENAIRE en furent deux figures centrales, qui font l'objet de précieuses rééditions.

Quand on visite le musée Magritte, à Bruxelles, on tombe sans cesse sur le nom de Paul Nougé, et souvent sur celui de Louis Scutenaire. L'un a rédigé la préface du catalogue de la première exposition personnelle du peintre, en 1927, l'autre a beaucoup écrit sur lui, tous deux lui ont soufflé des titres pour ses tableaux, ont posé pour lui, signé avec lui des tracts et des affiches. Plusieurs photos montrent les trois hommes, à Bruxelles ou sur la côte belge, dans les années 1930, avec d'autres artistes comme André Souris, Édouard Mesens ou Paul Colinet, tous membres du groupe surréaliste belge, cette branche si proche et si différente à la fois de la maison mère française, avec qui les rapports furent tantôt amicaux tantôt houleux. Seul Magritte a imposé son nom dans la mémoire collective. Les autres sont à moitié oubliés, et leurs oeuvres, introuvables. Il y a un paradoxe du surréalisme belge : tout le monde en parle, mais personne ou presque ne peut nommer ses principaux membres, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon