Giorgio van Straten, Le livre des livres perdus

Giorgio van Straten, Le livre des livres perdus

À la poursuite des pages envolées

On sait qu'ils ont existé mais on ne pourra jamais les lire : de Byron à Malcolm Lowry, l'Italien Giorgio Van Straten raconte avec bonheur comment certains livres ont disparu, avec préméditation ou par accident. Une manière de les réécrire.

Une tradition borgésienne bien connue consiste à décrire et à recenser des livres imaginaires. Certains en ont fait des catalogues, tel Stéphane Mahieu qui, dans La Bibliothèque invisible, collecte des dizaines de ces vrais-faux livres jamais écrits. Il est possible aussi d'inventer des auteurs, comme Philippe Claudel dans De quelques amoureux des livres. On croit avoir affaire à ce genre de jeu quand on ouvre Le Livre des livres perdus, de Giorgio van Straten, mais les huit livres dont il y est question n'ont rien d'imaginaire - tous ont existé, leurs auteurs les ont bel et bien écrits, seulement voilà : ils ont disparu. Ils ne subsistent qu'à l'état de mythes, certains étant aujourd'hui « aussi légendaires que les mines de la ruée vers l'or ».

L'auteur du premier de la liste, Romano Bilenchi (1909-1989), n'est certes pas très connu ; c'est pourtant son roman Il viale (« L'Avenue »), brûlé par sa femme, qui a donné à Giorgio van Straten l' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon