Lucien Jerphagnon, L'astre mort

Lucien Jerphagnon, L'astre mort

Le coeur d'un lettré

Disparu en 2011, le grand historien de la philosophie a écrit en secret un unique roman. Ce généreux récit autobiographique, habité par sa ferveur chrétienne et la disparition de sa mère, est enfin publié grâce à sa fille.

Les ayants droit ne sont pas toujours bien inspirés avec l'oeuvre dont ils ont hérité : il arrive que celle-ci ne les concerne pas du tout. Lucien Jerphagnon (1921-2011), lui, a de la chance : sa fille Ariane a découvert un manuscrit dans son bureau qu'elle a décidé de faire publier. Certains descendants l'auraient jeté sans même le lire, mais Ariane Jerphagnon porte bien son prénom : elle a lu la première ligne du livre comme on tire le fil d'Ariane pour retrouver le point de départ. Il ne s'agit pas d'une métaphore : l'inédit est un livre d'initiation écrit à l'époque où Lucien Jerphagnon s'apprêtait à quitter les ordres alors qu'il avait été ordonné prêtre dix ans auparavant, en juin 1950. Fils d'un ingénieur et d'une musicienne, l'historien des philosophies grecque et romaine a perdu sa mère quand il avait 6 ans. Le petit garçon a été confronté aux grandes interrogations de l'existence qui furent amplifiées quand, hostile au STO, il fut déporté dans un camp de travail en Allemag ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes