Kaouther Adimi, Nos richesses

Kaouther Adimi, Nos richesses

Le roman d'un éditeur

Dans ce troisième roman, des personnages fictifs gravitent aujourd'hui à Alger autour d'une ancienne librairie : celle fondée en 1936 par Edmond Charlot, éditeur de la France libre sous l'Occupation, qui publia entre autres Camus et exposa Bonnard.

Le livre s'ouvre sur une carte postale d'Alger datée de 2017. D'emblée, on est proche de la mer, sous le soleil aveuglant. Les premières pages nous font participer à la recherche de l'ancienne librairie Les Vraies Richesses, ouverte en 1936 par Edmond Charlot (1915-2004). Son nom provient d'un essai de Jean Giono qui célèbre le vent, les ruisseaux et les fleuves. Edmond Charlot, 21 ans, considère les livres comme des fruits et légumes. La nourriture spirituelle en guise d'alimentation générale. Le slogan de la librairie y va franco : « Des jeunes, par des jeunes, pour des jeunes ». Une façon de combattre le conformisme ambiant. Le local, de sept mètres sur quatre, est bourré de livres neufs et d'occasion à la disposition du public, qui peut s'attarder sur des expositions temporaires. La première est consacrée à Pierre Bonnard. Ni plus ni moins. Edmond Charlot a très bon goût. Le maître des lieux a importé à Alger le modèle parisien de la librairie d'Adrienne Monnier, La Maison des a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon