Grégoire Bouillier, Le Dossier M

Grégoire Bouillier, Le Dossier M

Après un long silence, Grégoire Bouillier revient avec l'impressionnant livre I d'un roman qui, tout en sauts et digressions, déroute d'abord avant de conquérir le lecteur. On se laisse embarquer dans un récit où des personnages suicidaires et la jolie M, cause de bien des souffrances, n'empêchent ni la drôlerie ni la fantaisie. Avec en bonus des théories sur Nabokov, le rugby ou Dallas.

Et voici venue la terreur du critique en période estivale. Le roman de 874 pages avec titre austère (Le Dossier M) et une inquiétante mention « Livre I » en couverture. Pis, ce livre est signé d'un écrivain pas lu depuis longtemps, Grégoire Bouillier, auteur d'un Rapport sur moi laconique qui nous avait beaucoup plu avec sa façon de poétiser, par l'usage vertueux de la pensée magique et des coïncidences, ce qui aurait pu n'être qu'une autofiction de plus. Après le « rapport », ce « dossier », donc. L'ignorer serait trahir nos goûts. Jugeons sur pièces.

Culpabilité et dîners en ville

La première (pièce) à se présenter raconte le suicide d'un ami de Picasso. Bientôt mis en rapport avec le suicide du mari d'une maîtresse de l'auteur. Relié à une mésange que Grégoire tua par mégarde quand il avait 10 ans. Très vite, cela digresse abondamment - sur les filles que l'on tente de séduire dans les bars par-dessus un bol de chips en leur disant ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon