Gaëlle Obiégly, N'être personne

Gaëlle Obiégly, N'être personne

Cabinet de curiosités

Coincée dans les toilettes de son entreprise durant tout un week-end, une hôtesse d'accueil déroule un récit où se mêlent réminiscences et observations sur ses contemporains. En planque derrière son comptoir, Miss Nobody voit tout.

N'être personne, c'est un métier : « On ne vous remarque pas. On se livre à des confidences à quelques centimètres de vous. Le directeur financier fourre les doigts dans son nez quand il passe à votre hauteur, car c'est le seul endroit, où, croit-il, personne ne le voit. [...] Il y a des femmes qui se postent devant vous pour passer de longs appels téléphoniques pleins de récriminations ou pour manger cinq madeleines l'une après l'autre, avaler une canette de Fanta et beaucoup d'eau afin de vomir et de ne pas grossir. » La femme invisible de Gaëlle Obiégly est hôtesse d'accueil dans le hall d'une grande société.

N'être personne est un faux roman déguisé en vrai. En dévoilant tout, on ne dévoile rien : l'héroïne se retrouve coincée tout le week-end dans les toilettes de sa boîte. Lorsqu'on dispose de kilomètres de papier et d'un Bic, on se retrouve à la tête d'un bel ouvroir de littérature potentielle. Mais c'est quoi, la littérature ? La narratrice s'essaie à une déf ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé