Fiction : notre sélection 2018

Fiction : notre sélection 2018

Alexis Brocas, rédacteur en chef adjoint et responsable de la rubrique fiction du Nouveau Magazine littéraire, fait la liste des romans qu'il a préférés cette année.

Une vie comme les autres, Hanya Yanagihara

« Ce qui commence comme l'histoire d'un quatuor amical se centre, au bout de deux cents pages, sur Jude, son personnage le plus mystérieux. Jude, qui cache ses cicatrices et ses plaies, symptômes d'une enfance effroyable. Puis le livre deviendra roman d'amour et de maladie. (…) Durant ces métamorphoses, le texte égare parfois des morceaux de lui-même, personnages et bouts d'intrigue. Mais, par son ampleur polymorphe, il ressemble à la vie. Et par sa façon de creuser ses personnages à l'infini, il ressemble à la littérature. » - Alexis Brocas

Editions Buchet-Chastel, 800 p., 24 €

Le Dossier M (Tome 2), Grégoire Bouillier

« Faut-il s'étonner si ces livres prennent l'amour comme point de départ ? L'amoureux déçu n'est-il pas celui qui rejoue infiniment le film de son histoire, l'envisage sous tous les angles, explore tous ses liens jusqu'à l'épuiser, et ainsi lui survivre ! Dans Le Dossier M, Grégoire Bouillier livre la version littéraire et monumentale de ce questionnement. » - A. B.

Editions Flammarion, 868 p., 24,50 €

Des jours d’une stupéfiante clarté, Aharon Appelfeld

« Son dernier roman allie une écriture minérale à un humanisme imprégné de religiosité qui ignore le rejet. Cela se passe en bout de guerre, dans une Europe dévastée. Les gardiens des camps viennent de fuir, les routes se peuplent de déportés. Dont un jeune garçon, Theo, qui tente de rentrer chez lui et dont le chemin est ponctué de souvenirs et de rencontres. » - A. B.

Traduit de l'hébreu par Valérie Zenatti, éditions de l’Olivier, 272 p., 20,50 €

L’Héritage des espions, John le Carré

« Le génie de l'intrigue de l'écrivain a souvent éclipsé ses talents formels. Son dernier roman livre un aperçu des deux. Avec pour point de départ une excellente idée : mobiliser des enfants d'agents secrets jadis immolés sur l'autel des rivalités interservices ou de la raison d'État et imaginer qu'ils portent plainte contre les services secrets. » - A. B.

Editions Du Seuil, 320 p., 22€

Patria, Fernando Aramburu

« Patria ne permettra peut-être pas la "victoire culturelle contre ETA" si ardemment souhaitée par son auteur. Mais, en sortant la question du terrain politique pour nous forcer à la considérer à hauteur d'homme, il réussit, pour le Pays basque, ce que d'autres auteurs – Vargas Llosa, encore ! – ont réalisé pour d'autres pays déchirés : une carte des douleurs et des griefs qui fracturent une communauté. Un préalable nécessaire avant de recoller les morceaux. » - Maialen Berasategui et Alexis Brocas

Editions Actes Sud, 614 p., 25 €.

Graffiti Palace, A.G Lombardo

« Le livre s'appuie sur L'Odyssée, mais de façon si subtile qu'on en oublie l'inspiration homérique jusqu'à ce qu'un signe évident – une prostituée nommée C. C., petite Circé, qui n'a pas besoin de recourir à la magie pour changer les marins en cochons – nous le rappelle. De même, l'auteur – prof de lycée à Los Angeles, qui signe là son premier roman – n'a pas besoin d'insister pour donner à sa ville en flammes des allures d'océan déchaîné. » - A. B.

Editions Du Seuil, 384 p., 22€ €

Swing Time, Zadie Smith

« L'écriture y déborde de vitalité, la narration danse entre les époques, les thèmes, les continents, et aborde cent questions mine de rien – célébrité, militantisme, métissage, éducation, adoption, asymétrie amoureuse, sexualités hétéro ou homo... Mais, ce que l'on en retient, ce sont d'abord les visages. Ceux de deux petites filles qui rêvent et rient en attendant de faire leurs premiers pas sur la piste du monde, selon la mélodie que leur jouera l'époque. » - A. B.

Editions Gallimard, 489 p., 23,50 €. 

Une douce lueur de malveillance, Dan Chaon

Dans un Cleveland lépreux où paraît sévir un tueur en série, un psy endeuillé perd les pédales. « Ville mourante, femme déjà morte... À bien des égards, Une douce lueur de malveillance est un livre hanté, un roman de l'après. Le pire, veut-on croire, est déjà advenu. On se trompe. » - Fabrice Colin

Editions Albin Michel, 544 p., 24,50 €

Des Raisons de se plaindre, Jeffrey Eugenides

« Rédigées entre 1996 et aujourd'hui, ces nouvelles ont en partage une bienveillance lucide – celle du regard jeté sur les personnages. Tous sont plus ou moins pathétiques (…). Mais tous, aussi, nous ressemblent, et Jeffrey Eugenides réussit la prouesse de nous faire rire de leurs infortunes sans jamais les juger ou les moquer – avec ce que cela suppose de sentiment de supériorité. » - A. B.

Editions de l’Olivier, 304 p., 22,50 €

La mort immortelle, Liu Cixin

« Cette saga n'est pas seulement scientifique : elle est aussi hautement politique. Liu Cixin passe beaucoup de temps à décrire comment les humains se divisent ou s'organisent face à la menace extraterrestre. Dans le troisième tome, cette dimension politique est portée à l'échelle de l'Univers. Cela pourrait paraître ridicule, mais Liu Cixin s'est donné les moyens de sa mégalomanie. » - A. B.

Editions Actes Sud (3 tomes)
 

Sondage IPSOS