Évelyne Bloch-Dano, Une jeunesse de Marcel Proust

Évelyne Bloch-Dano, Une jeunesse de Marcel Proust

Réponses retrouvées

Proust ne fut pas le seul à jouer le jeu du questionnaire qui porte désormais son nom. Par ce biais, ce livre fait le portrait de son milieu et de ses relations.

Non, Marcel Proust ne fut pas l'auteur du questionnaire qui porte son nom : il ne fit qu'y répondre. Le 4 septembre 1887, le jeune garçon de 16 ans se prêta au jeu des Confessions, ces albums anglais comportant des questionnaires, ancêtres des tests de personnalité que les jeunes filles s'amusaient à faire remplir à leur entourage. Les réponses de Proust sont désormais si célèbres que le questionnaire semble scellé à son nom. Or, dans les Confessions - ou Confidences en français - recueillies par Antoinette Faure, fille du futur président de la République et amie de Proust, auprès de ses camarades, c'est toute une génération qui défile et qui, avec sérieux, désinvolture ou esprit potache, se livre en quelques mots.

Constatant que seules les réponses de Marcel Proust avaient intéressé les exégètes de son oeuvre, Évelyne Bloch-Dano s'est lancée à la recherche des autres pages de l'album et de ceux qui les ont remplies. Le résultat aurait pu prendre l' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon