Et Dieu s'absenta

Et Dieu s'absenta

L'Allemand Ernst Wiechert fut, sous le nazisme, un « émigré de l'intérieur », surveillé de près. Avec des accents bibliques, il raconte la déréliction graduelle d'une communauté campagnarde.

Pour qui prendra le temps de fréquenter Les Enfants Jéromine dont Ernst Wiechert trace le destin au fil des 1 128 pages de son livre, il apparaîtra que le roman, s'il parvient parfois sous d'autres modes à concurrencer l'état civil comme Balzac le voulait, peut aussi épouser le cours de la chronique quelque peu fabuleuse. Une chronique décantée des scories d'un temps immédiat qui devient le lieu où contempler, au plus près et au plus clair, la nature humaine écartelée par les conflits que l'existence lui réserve.

Si l'auteur, né en Prusse en 1887 et mort en Suisse en 1950, bénéficie d'une aura dans la littérature allemande qui le place sur le même plan que Thomas Mann ou Hermann Hesse, il est beaucoup moins connu en France que ses deux confrères. Très tôt en butte au régime nazi, Ernst Wiechert est interné pendant six mois à Buchenwald en 1938. Il en est libéré contre la promesse qu'il n'écrira plus rien qui soit nuisible au nouvel ordre. « Émigré de l'intérieur », c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine