Mémoires d'un jeune garçon

Mémoires d'un jeune garçon

Dans cet ouvrage autobiographique, méconnu et tardivement traduit chez nous, Henry James livre le récit de sa jeunesse, récit d'un passé révolu et récit d'une jeune âme dédoublée. D'abord entre deux continents, l'Amérique et l'Europe, mais aussi entre deux figures familiales : lui et son frère. William semble avoir condamné le jeune Henry à se sentir comme son reflet distant. Paru en 1913, peu après la mort de William - et la même année que Du côté de chez Swann -, Mémoires d'un jeune garçon est l'aveu d'un sentiment irrationnel d'injustice en même temps que la quête d'une généalogie perdue. L'écrivain y décrit ses découvertes littéraires, son immersion dans les mondanités, ses excursions européennes, qui participent de ce qu'il appelle « l'apparitionnisme » : « Se tourner vers le passé c'est en fait rencontrer l'apparition et trouver dans son visage spectral le regard silencieux d'un appel. » Voilà qui parlera à ceux qui se souviennent des fantômes du Tour d'éc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine