Crise d'amnésie

Crise d'amnésie

Gabriel García-Márquez

Dans Cent ans de solitude (1967), Macondo est envahi par une épidémie d'insomnie, qui se meut en une peste de l'oubli et accable le village d'« une espèce d'idiotie sans passé ». Un système de tracking avant la lettre, au moyen de clochettes de chèvre, est mis en place et permet d'endiguer la maladie. « Si efficace fut la quarantaine, écrit Gabriel García Márquez, que vint le jour où l'état d'urgence fut considéré comme une chose naturelle », et « personne ne s'inquiéta plus de l'inutile coutume qui voulut que l'on dormît ». Surgit alors un certain Don Apolinar, qui impose soldats et décrets dans ce microcosme où on n'a pas l'habitude de « se faire obéir avec des papiers ». Il peut rester à condition de se comporter en citoyen ordinaire, et de congédier ses soldats. L'étranger finit néanmoins par asseoir son autorité, ordonne de fermer « les lieux de débauche », fait revenir ses policiers armés de fusils, « sans que personne ne songe [...] à se rappele ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes