Crier dans le désert

Crier dans le désert

Enfin traduit, un chef-d'oeuvre de 1970, peignant un Kansas miséreux, durant la Grande Dépression.

« Vous aimez les jardins de sable bien ratissés ? Alors vous allez adorer le Kansas. Côté relief, c'est plat, plat, plat. » Rarement un incipit fut aussi trompeur. Huit cents pages plus loin, en refermant Un jardin de sable, on ne sait pas vraiment si on aime le Kansas, mais une chose est certaine : la visite guidée romanesque menée par Earl Thompson n'avait rien de « plat, plat, plat ». Si le texte travaille une forme de monotonie, elle ne sert qu'à marquer l'impossibilité des personnages à sortir de la misère dans laquelle ils sont nés. Chaque « ça va changer » (et ils sont nombreux) n'est que l'habituel refrain de la mouise. De la naissance de Jacky, au seuil de la Grande Dép ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !