On a craché sur son oeuvre

On a craché sur son oeuvre

Son art de provoquer le scandale, notamment sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, comme ses facilités en tous domaines lui ont valu la vindicte de la justice mais aussi le bannissement du monde littéraire.

sa personnalité et son oeuvre sont un défi à la pensée cartésienne ; les activités qu'il multiplia durant sa brève existence, un bras de fer contre une mort qu'il devinait précoce. Dès lors, Boris Vian l'éclectique fut et demeure mal lu et mal compris - quand il n'est pas simplement dédaigné par les littéraires. Certes, le personnage intrigue, il fascine. Mais son nom est entaché d'approximations. La première concerne son patronyme. Toute sa vie, Boris l'éternel jeune homme au visage long et fin, au regard bleu magnétique, reste le garçon rêveur « à l'air slave ». Or, en dépit d'une légende tenace, il n'a aucune origine russe. Son prénom, il le doit à l'amour de sa mère pour l'opéra en général, et pour Boris Godounov en particulier. Le nom de Vian, lui, est probablement d'origine piémontaise. L'un de ses aïeux, Séraphin, est né dans les Alpes-Maritimes, non loin de la frontière. Boris, à qui l'on prêtera tous les excès, est bien un jeune homme français de bonne fam ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine