Courbet : un peintre en liberté

Courbet : un peintre en liberté

« Il y a du Gargantua chez Courbet. Énorme en tout. En bedaine, en alcoolisme, en mangeaille, en créativité. Sa production, et la vitesse avec laquelle il peint est incroyable. Bien sûr, il y a des peintures trop hâtives, bâclées, mais aussi, dans la même foulée, des chefs-d'?uvre. » Ces quelques phrases donnent le ton de cette biographie, menée avec le panache convenant au personnage de Courbet par Michel Ragon, romancier rompu à toutes les techniques de la recherche en histoire de l'art. S'appuyant sur une documentation sans faille, il suit de sa naissance à Ornans, en 1819, jusqu'à sa mort en exil en Suisse, en 1877, le peintre du réalisme et de la modernité, considéré comme le plus grand du second Empire jusqu'à l'arrivée de Manet. Courbet poursuit la célébrité à grand renfort d'effets de scandale mais revient sans cesse à Ornans, lieu de son ressourcement.

Peintre des petites gens dès ses premiers tableaux Les Casseurs de pierre, Un enterrement à Ornans il demeure fidèle ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé