Courbet, l'apprentissage de la littérature

Courbet, l'apprentissage de la littérature

Gustave Courbet, derrière le cliché du « maître d'Ornans », paysan philosophe inventeur du réalisme, a-t-il été le premier peintre à comprendre les révolutions du livre et à s'insérer délibérément dans la galaxie intellectuelle du xixe siècle ?

Delacroix, avec l'immense oeuvre que constitue son Journal, demeure le grand écrivain français le plus injustement méconnu du xixe siècle. Ingres, avec L'Apothéose d'Homère , a peint un collage de portraits de grands hommes parmi lesquels dominent les écrivains : Virgile, Dante, Corneille, Racine, Boileau... Face à eux, Courbet ne brille ni par ses enthousiasmes littéraires, ni par ses sujets qui, loin de sortir de Byron ou de Chateaubriand, sont d'abord empruntés à son pays d'Ornans, aux rives de la Loue et au Paris de la vie moderne. Serait-il le peintre qui ne lit pas : l'homme de L'Atelier ignorerait-il la bibliothèque ? Dans L'Atelier , précisément, sa toile la plus ambitieuse, « allégorie réelle », autoportrait et portrait d'une société, Courbet a pourtant fait entrer Proudhon, penseur qu'il admire, son ami Champfleury, romancier et critique, ou Baudelaire, lisant dans un coin. Il a même peint la maîtresse de celu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes