Couleur du temps

Couleur du temps

Tandis que le xviiie siècle bascule dans sa seconde moitié, un peintre oublié décide d'exposer au Salon une ultime toile, un grand format de dix pieds de large sur six de haut : Portrait de l'artiste avec sa famille. Une bien étrange idée pour une étrange affaire... Le peintre, un certain Baptiste V***, ne propose pas une ?uvre ancienne mais celle de toute une vie, à laquelle il n'a cessé de revenir depuis quarante ans, la retouchant, la modifiant, la ravaudant. Dans sa jeunesse, V*** aimait le dévêtu déguisé, l'allégorie, la mythologie ; pouvant parfois aller jusqu'à l'indécence, il préférait peindre la vie et la gaitée plus que les morts et les affligés. En ce siècle de la peinture historique triomphante, il avait choisi ce que Balzac appellera « ce parti d'opposition qu'on nomme la vie »...

Mais souvent le malheur prend l'apparence trompeuse de la chance. Devenu peintre exclusif de la famille royale, il perd sa famille, se perd et passe à côté de sa vie. Dès qu'il revient ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé