Cossery inédit

Cossery inédit

À l'approche du centenaire de sa naissance (le 3 novembre), Albert Cossery continue de pourfendre la bêtise humaine depuis le sommeil de pharaon dans lequel il plongea en 2008.

Mendiants et orgueilleux, son chef-d'oeuvre, reparaît dans une édition augmentée d'un inédit, le début d'Une époque de fils de chiens, son dernier roman inachevé. On se réjouit de retrouver ses personnages nonchalants, adeptes d'un détachement absolu et lanceurs de formules cinglantes. Son oeuvre est de salut public en ce qu'elle provoque « le dynamitage de la pensée universelle et ses relents nauséabonds qui encombrent depuis des siècles la faible cervelle des miséreux ». Une époque de fils de chien approfondit cette opération. Dans ce bref inédit, un instituteur, frère en ironie de Gohar, l'ex-philosophe devenu mendiant, héros de Mendiants et orgueilleux, a déclaré à son directeur d'école qu'il était un âne et que ses élèves gagneraient à être dirigés par un vrai, « certainement plus agréable à regarder ». Après son renvoi immédiat, Mokhtar, attablé à un café, contemplant le spectacle de la foule, lie connaissance avec un esthète qui fume une ci ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon