Contrefaçons

Contrefaçons

Durant les premières décennies du xixe siècle, la Belgique aura été un extraordinaire foyer d'éditions dans les domaines les plus divers : littérature, histoire, sciences, philosophie, religion, archéologie, musique, cuisine, chasse, pêche... Ce fut, comme on le sait, la grande vogue des contrefaçons de livres français - un terme qui laisse entendre que cette activité était illicite mais qui, en fait, ne l'était pas puisque aussi bien les conventions internationales ayant trait aux droits d'auteur n'existaient pas à l'époque et qu'il n'y avait donc aucun motif juridique de poursuivre les contrefacteurs devant les tribunaux. Ce n'est qu'en 1852 qu'un traité entre la Belgique et la France a été conclu. Mis en appplication deux ans plus tard, il devait entraîner une épidémie de faillites dans le monde belge de l'édition, de la librairie et de l'imprimerie.

Cette période faste a suscité de nombreuses études. La majorité d'entre elles concernent les contrefaçons des grands écr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon