Contre-modèle

Contre-modèle

Spinoza

Le philosophe d'Amsterdam s'est opposé aux froides modélisations des rationalistes en privilégiant, même en mathématiques, le jeu de forces des affects et, au premier chef, le désir.

L'un des traits les plus marquants de la pandémie de Covid-19 est d'avoir induit, à l'échelle planétaire, une immense dépendance aux modèles, aux chiffres et aux courbes. Pendant que les médecins collectent les « données », les ordinateurs multiplient les « modèles », les politiques ne parlent plus que d'« aplatir la courbe », et les médias fournissent chaque jour des chiffres et des statistiques à une société pour qui ils sont devenus, ni plus ni moins, une sorte de pain quotidien. Ce rapport à la pandémie témoigne du recours massif à la modélisation, l'un des éléments fondamentaux du rationalisme moderne.

Mutation accélérée

Ce rationalisme, entendu comme une sorte de confiance dans le pouvoir de la raison à accéder à la vérité, a été associé à la figure de Descartes (1596-1650). « Être cartésien », ou « avoir l'esprit cartésien », signifie exiger des arguments logiques et solides avant de se ranger à un avis, et chercher des causalités observables avant de croire ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes