Conteurs confinés

Conteurs confinés

Avec Le Décaméron de Boccace, la prose italienne est née de l'isolement durant une épidémie.

L'oeuvre de Boccace est peut-être le plus puissant de tous les hymnes à la vie jamais écrits. Alors que Florence est ravagée par la peste, les dix protagonistes et conteurs du Décaméron ont choisi de jouir du temps qui leur est imparti : ils discutent, boivent et dansent. La Divine Comédie - et donc la poésie italienne - est née des troubles sociaux qui ravageaient le pays au XIIIe siècle, et c'est à l'ombre de la peste noire qu'a poussé Le Décaméron, et, avec lui, la prose italienne : sa langue est le toscan, langue vernaculaire.

En 1348, la « mortelle pestilence » envahit Florence : les huit dixièmes de la population périssent. Les cadavres jonchent les rues, « le frère abandonne le frère, l'oncle le neveu, la soeur le frère, et souvent l'épouse son mari ». Non seulement l'on meurt de l'infection, mais le chaos s'installe. « Nous voyons circuler à travers la ville, y répandant la violence, des gens que l'autorité des lois a frappés publiquement d' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes