Contes de la lune sanglante

Contes de la lune sanglante

Le maître nippon du polar, disciple d'Edgar Poe, manie avec humour et délectation des thèmes d'une immense noirceur.

Le roman policier japonais ne serait pas ce qu'il est sans Edogawa Ranpo, nom de plume de Hirai Taro (1894-1965). Fanatique de littérature policière occidentale, l'écrivain a largement contribué à populariser le genre dans son pays au cours des années 1920 et 1930, avec des nouvelles et romans inspirés de Conan Doyle, Maurice Leblanc et Edgar Poe, son idole - « Edogawa Ranpo » est la transcription phonétique du nom de l'auteur de La Lettre volée. Son influence reste sensible aujourd'hui, notamment à travers l'association des écrivains de policiers (Mystery Writers of Japan), qu'il a fondée en 1947 et qui décerne chaque année un prix de littérature policière à son nom. Comme ses modèles, il s'est inventé un héros récurrent, le détective Kogoro Akechi, lointain cousin de Sherlock Holmes ; mais son oeuvre dépasse la veine du « récit de détection » pour puiser aussi dans la tradition du fantastique, des contes macabres et de l'érotisme. En témoignent les six nouvelles rassemblé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine