Conte de campagne

Conte de campagne

« Mon travail actuel, c'est de faire éclater les barrières que l'on pose depuis que la littérature existe », déclarait en 1996 Patrick Delperdange (photo), par ailleurs auteur de romans jeunesse et de bandes dessinées. Son dernier roman fait ainsi figure de manifeste tant il ne se préoccupe jamais de coller au genre. S'y croisent les destins d'une prostituée vieillissante, d'un manchot et d'un demi-fou, d'un fils de bonne famille immoral et fêtard... Ce petit monde, abandonné par les dieux, s'ébroue dans une marginalité rurale : la campagne dans ce qu'elle a de plus dégradé. Chacun se heurte à la violence des autres et à ses propres démons avant de repartir vers un avenir guère plus radieux. L'intrigue importe moins que l'errance, et la réussite du livre tient à la qualité des personnages. Malgré ses clichés, cette fantasia désespérée chez les ploucs a un ton bien à elle.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article