Conjugué en tout temps et tout lieu

Conjugué en tout temps et tout lieu

Marginalisé durant les années 1930-1940, Proust devient, après la Seconde Guerre, une référence prédominante dont se saisissent les écoles et les cultures les plus diverses.

Rendre compte en quelques paragraphes de la réception mondiale de Proust relève, selon la formule consacrée, d'une gageure. Une sélection s'impose donc nécessairement : on ne retiendra que quelques titres, pour quelques pays, au risque d'un certain « franco-centrisme » sans doute inévitable.

Dans le cas de Proust, la distinction entre la réception par les amateurs éclairés (journalistes et écrivains (1), qui voient en Proust un allié ou à l'inverse un ennemi) et la réception par les interprètes virtuoses et les érudits pointilleux correspond assez grossièrement au découpage chronologique opéré par la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci représente assurément une césure, mais à cette césure s'ajoute dans à peu près tous les pays du monde un hiatus, une période au cours de laquelle Proust semble ignoré, tombe dans une relative indifférence ou un certain oubli. En France, ce sont les années 1930 et surtout 1940 au cours desquelles Proust semble réservé à un cercle d'admirateurs res ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes