Condamné au gaz hilarant

Condamné au gaz hilarant

Déjanté. Mot d'usage courant dans les chroniques, mais qui prend ici tout son sens. Mark Leyner, 56 ans, mérite aussi un autre cliché, celui d'auteur culte. Il s'est fait connaître dans les années 1990 avec des nouvelles et des romans qui l'ont classé parmi les écrivains les plus prometteurs de l'époque, aux côtés de David Foster Wallace et de Jonathan Franzen. Après Mégalomachine, ce roman de 1998 permet de comprendre son affiliation à ce qu'il est convenu d'appeler le postmodernisme, le livre incluant son recyclage en scénario, et même sa propre critique (on n'est jamais si bien servi que par soi-même). L'histoire se déroule dans un pénitencier du New Jersey, où le narrateur, Mark Leyner, 13 ans, assiste avec flegme à l'exécution de son paternel, accusé d'on ne sait quel crime. Tout se passe le plus simplement du monde, dans une ambiance de cartoon : Mark joue à la Game Boy, le bourreau aide le condamné à inventer un mot solennel et le superintendant crée une ban ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon