commeun voleur

commeun voleur

L'une des plus grandes contributions de la culture américaine à la pensée dialectique est cette série de blagues plutôt vulgaires de docteurs, du genre « d'abord la mauvaise nouvelle, ensuite la bonne nouvelle ». Par exemple : « La mauvaise nouvelle, c'est que vous avez un cancer en phase terminale et que vous allez mourir dans un mois. La bonne, c'est que nous avons aussi découvert que vous aviez la maladie d'Alzheimer, et que vous aurez oublié la mauvaise nouvelle une fois rentré à la maison. » Peut-être devrions-nous avoir la même approche à propos de la radicalité politique. Après tant de « mauvaises nouvelles » - après avoir vu tant d'espoirs brutalement écrasés dans l'espace de l'action radicale, déchiré entre les deux cas extrêmes de Maduro et de Tsipras -, on serait tenté d'affirmer qu'aucune action de ce genre n'avait de chance d'aboutir, qu'elle était condamnée d'emblée, que tout espoir d'un changement réel et effectif pour le meilleur n'était qu'une illus ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine