Comment peut-on être iranien ?

Comment peut-on être iranien ?

Une exposition présente un demi-siècle d'art iranien, de 1960 à nos jours. Une romancière s'est glissée parmi les « ombres claires » qui la peuplent.

« Unedited History », une histoire de l'Iran qui s'écrit le long des murs de la ville, sur la peau scarifiée des soldats, dans les mains des veuves, au front des martyrs de la Révolution verte.

« Unedited History, Iran 1960-2014 »,

une histoire dévidée sans transition ni

hiatus/cut/rushs/suture/point.

L'art s'écrit,

il est performatif,

il s'affiche en dehors des musées, dans la vie.

L'art est calligraphié sur les voiles et les sourcils qui se rejoignent

des femmes

hantant la place Jaleh.

(L'odeur du kérosène.)

Téhéran est belle par sa laideur. Série Capital, impression sur papier couché. Dix millions d'habitants s'entassent dans une mégapole conçue pour trois millions d'âmes.

(3 600 morts/mois = pollution.)

Jeudi 15 mai 2014. File d'attente devant le musée d'Art moderne. Vernissage.

Coeur à vif. (Lui seul sait pourquoi.)

M'entaille auss ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes