Comment je me suis couché de bonne heure

Comment je me suis couché de bonne heure

Avant de trouver sa forme définitive, l'ouverture de La Recherche a connu de nombreuses autres versions, instructives sur les choix et évolutions de l'auteur.

Qu'aurait-on appris en voyant Proust écrire ? « De ce manteau royal j'ai vu vivre l'hermine », se vantait « le premier ami de Swann », Louis de Robert (1). Mais, à supposer que nous puissions suivre la main de Proust courant de carnets en cahiers et de dactylographies en placards, en serions-nous plus avancés ? En littérature, pour reconnaître les tableaux sous le tableau, il ne suffit pas de faire l'histoire « événementielle » du texte - même s'il faut forcément en passer par là : on doit reconstituer les scénarios (lacunaires le plus souvent) qui se sont succédé, et surtout tenter de repérer les lieux d'inflexion, de pivot des uns aux autres. C'est alors que l'hermine se remet vraiment à courir sur la neige.

Prenons un coin du premier placard d'imprimerie de Du côté de chez Swann, le tout début du livre, composé le 31 mars 1913. C'est un de ces lieux privilégiés d'où l'on peut plus facilement avoir une perspective plongeante sur les scénarios abandonnés. C ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes