Commencer par La Fin

Commencer par La Fin

Avec La Fin, qui pourrait être sous-titrée « Le Boulanger et la Faiseuse d'anges » en référence au duo tragi-comique que forment deux des personnages principaux, Rocco et Mme Marini, Salvatore Scibona publie un premier récit ample, décrivant avec humour une communauté italienne de l'Ohio entre 1913 et 1953.

Pourquoi intituler un premier roman La Fin ?

Salvatore Scibona. Peut-être parce que les personnages s'imaginent qu'ils se dirigent vers une éclaircie alors que ce n'est pas le cas. J'espérais aussi que chacun d'entre eux, une fois dépassée ce qu'il pensait être la « fin », une fois abandonnée toute illusion, s'accomplirait dans le présent et non plus dans un hypothétique futur. J'ai lu quelque part : « Dieu t'envoie à la recherche de ce qui n'est pas là » - la définition même de l'Amérique, un endroit fantasmé où les gens se rendent pour déchanter. Le titre est ironique à un autre égard. J'aime que, dans la série des Star Wars, le premier épisode projeté soit le q ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes