Comiquement correct

Comiquement correct

France Inter a-t-elle donné tout pouvoir aux humoristes pour booster son audience ? Complainte d'un chroniqueur viré.

Le 15 novembre 2018, Frédéric Beigbeder a fait sa dernière chronique sur France Inter. « Alors euh... Aujourd'hui c'est un peu particulier comme situation. J'avais écrit sur un morceau de papier un e chronique superintéressante [...]. Je l'ai égarée hier soir, vers 3 heures du matin... dans une nouvelle boîte qui s'appelle Medellin... » Un an plus tard, l'écrivain revient sur cette déconfiture en direct dans son nouveau roman qui porte pour titre un smiley qu'il traduit par « L'Homme qui pleure de rire » - paraphrasant Victor Hugo. Il raconte comment l'animateur de la matinale avait conclu : « C'était en tout cas la dernière chronique d'Octave Parango. » Oui, car le nouveau roman de Beigbeder n'est pas tout à fait autobiographique, c'est une nouvelle aventure de son double déjà évoqué dans 99 francs et Au secours pardon. Publicitaire dans les années 1990, il dénonçait la dictature de la publicité ; dénicheur de talents dans les années 2000, il s'en prenait à la dic ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.