Colocation franco-russe

Colocation franco-russe

Entre passé et présent, l'écrivain-traducteur dessine dans une langue cadencée sa géographie intime.

Dans L'Appartement d'André Markowicz, on entre par plusieurs seuils. L'un, « en guise d'exergue », est une traduction de la poétesse Anna Akhmatova ; l'autre, « en guise de préface », narre le retour fantomatique d'une grande tante, trente ans après sa mort. L'un évoque la force de l'oubli, l'autre le surgissement du souvenir. Une chose et son envers, une traduction et un récit, mais unis par une même scansion : celle du « pentamètre iambique », ce vers musical de Pouchkine, si cher au traducteur Markowicz.

C'est sa forme qui distingue d'abord cet Appartement : l'originale beauté de ce long chant dont le flux exigeant, cadencé, ponctué d'échos et d'incises, appelle le ressac de souvenirs, traduit le flot de sensations fantômes, friables et fragmentaires, et rend « l'entrelacement des mondes », le français et le russe, le réel et le recréé. Un entre-deux des lieux et des langues : l'« ici-là-bas » réversible dans le retour à la ligne. L'Appartement,...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine