Colocation franco-russe

Colocation franco-russe

Entre passé et présent, l'écrivain-traducteur dessine dans une langue cadencée sa géographie intime.

Dans L'Appartement d'André Markowicz, on entre par plusieurs seuils. L'un, « en guise d'exergue », est une traduction de la poétesse Anna Akhmatova ; l'autre, « en guise de préface », narre le retour fantomatique d'une grande tante, trente ans après sa mort. L'un évoque la force de l'oubli, l'autre le surgissement du souvenir. Une chose et son envers, une traduction et un récit, mais unis par une même scansion : celle du « pentamètre iambique », ce vers musical de Pouchkine, si cher au traducteur Markowicz.

C'est sa forme qui distingue d'abord cet Appartement : l'originale beauté de ce long chant dont le flux exigeant, cadencé, ponctué d'échos et d'incises, appelle le ressac de souvenirs, traduit le flot de sensations fantômes, friables et fragmentaires, et rend « l'entrelacement des mondes », le français et le russe, le réel et le recréé. Un entre-deux des lieux et des langues : l'« ici-là-bas » réversible dans le retour à la ligne. L'Appartement,...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes