Coline Pierré

Coline Pierré

Je ne lisais pas des livres de Boris Vian, je lisais Boris Vian, j'habitais Boris Vian.

comme beaucoup de monde, j'ai englouti une bonne partie de la bibliographie de Boris Vian entre 15 et 20 ans, avec gourmandise - boulimie même. Je m'y sentais chez moi parce que sa personnalité crépitait sur les pages comme un feu de cheminée et débordait de sa littérature : je ne lisais pas des livres de Boris Vian, je lisais Boris Vian, j'habitais Boris Vian. C'était la première fois que la littérature m'offrait une maison. Une maison qui ressemblait à celle que j'avais envie de bâtir. Son oeuvre a été fondamentale tant pour ma vie d'adulte que pour mon écriture. Aujourd'hui, s'il est un chemin de traverse dont j'ai envie de pointer la direction aux adolescent·e·s que je rencontre, c'est bien celui-ci.

LA ROCKSTAR VIAN

À un âge où l'on se cherche des icônes universelles, ce que représente Vian, c'est rien moins qu'un modèle à la hauteur de nos ambitions : un adulte qui n'a quitté ni l'urgence de l'adolescence ni la fantaisie de l'en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine