Colette Fellous, ode à Dalida

Colette Fellous, ode à Dalida

Pour Dalida de Colette Fellous est un livre tissé dans la matière légère des chansons - tout en nostalgie pudique et lyrisme délicat. La variété n'est-elle pas l'essence même de la vie ? Un visage sur la pochette d'un vieux 45 tours, une musique, une voix venue du soleil suffisent parfois à ressusciter le passé. C'est à cela que servent les chansons populaires : semer des signes, comme des notes sur la portée du temps. Aussi, à travers le personnage de Dalida, Colette Fellous retrouve-t-elle la Tunisie, cousine de l'Égypte où est née la chanteuse, et son enfance au côté d'une mère mélancolique que Dalida réconciliait avec la vie. Elle ne fait pas pour autant le choix de la biographie, comme pourrait y inciter la saga si pathétique de la petite Yolanda Gigliotti, née au Caire en 1933. On parlerait alors d'une autre femme : de ses amours ratées, de la solitude, des tournées interminables, des tablées d'après concert... Mais à quoi bon l'histoire réelle des stars ? Colette Fellous préf ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon