CODICILLE

CODICILLE

Abonné depuis le début du « Nouveau Magazine », je vous remercie de l'échange publié autour de l'arrivée de M. Éric Zemmour (ou devrais-je écrire, Éric étant un prénom germanique, « Émile l'olivier » - traduction à peu près correcte de l'arabo-berbère Zemmour ?)

Si vous le permettez, voilà ce que j'aurais aimé, à titre personnel, écrire à M. Guillaume Durand.

« Monsieur, journaliste de qualité vous l'êtes. Salarié d'une radio qui embauche ce que vous osez appeler un polémiste dans la tradition française (celle de Je suis partout sans doute ?), je vous sens à titre personnel gêné aux entournures, raison sans doute pour laquelle vous prenez quatre colonnes pour répondre aux deux et demi de M. Szafran. Vous y dites de façon quelque peu amphigourique qu'évidemment, puisque le E. Z. en question fait de l'audience, il ne faut pas s'en priver ; tout est dit, et le reste n'est même pas littérature.

Merci de m'avoir lu, et bravo pour le dernier numéro où vous a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard