CLUEDO DE LUXE

CLUEDO DE LUXE

Avec son casting prestigieux, l'adaptation du Crime de l'Orient-Express a l'allure d'un Cluedo de luxe. Les stars sont ici des figurines, ainsi que le confirme la bande-annonce, où chaque personnage apparaît étiqueté de sa fonction. Ce schématisme s'accorde à la raideur morale initiale d'Hercule Poirot pour qui il y a « le bien et le mal, et rien entre les deux ». Voilà une vision du monde parfaitement compartimentée. C'est pourtant en farfouillant dans les espaces cloisonnés du train que la mise en scène multiplie les gages d'ambiguïté (duplicité des personnages avec leurs visages dédoublés dans certains plans, porosité des cabines mitoyennes). Le train est immobilisé par la neige, mais la morale, elle, bouge.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard