Cloaque slovaque

Cloaque slovaque

Peter Pist'anek

Cet anti-conte de fées post-soviétique débute au sous-sol, dans les enfers de l’Ambassador, vieil hôtel de luxe de Bratislava. C’est l’hiver 1989-1990, le système soviétique vient de s’effondrer, et Rácz, paysan pauvre et un peu simplet, s’engage comme ouvrier-chauffeur dans le prestigieux établissement. Très vite, il prend conscience de la position stratégique que lui offre la maîtrise des vieilles chaudières de l’hôtel et, mêlant avec talent chantage, brutalités et manipulations, il orchestre son irrépressible ascension. Écrasant un à un ceux qui s’opposent à lui - anciens de la police secrète, petits changeurs d’argent illégaux et autres mafieux tziganes -, l’ouvrier-chauffeur se fait le maléfique despote des lieux, jusqu’à devenir officiellement directeur, puis propriétaire de l’hôtel. Le récit avance à toute vitesse, sans prendre le temps de juger, de déplorer, il projette les faibles en haut, rémunère les plus vils, les fait retomber, offrant au passage une bel ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine