Cioran et compagnie

Cioran et compagnie

Roland Jaccard est un écrivain du genre de Kafka. Comme lui, il aurait pu écrire dans son Journal à la date du 2 août 1914 : « L'Allemagne a déclaré la guerre à la Russie. - Après-midi piscine. » Il fut le bouddha de Deligny. Pour le reste, il serait plutôt du genre nihiliste viennois, comme on en trouve parfois du côté de Lausanne. Signe astrologique : vaudois, ascendant : môle du lac. Ce qui ne prédestine pas nécessairement à devenir Schopenhauer ou rien. Mais quand, en plus, on se défend au jeu d'échecs, qu'on tient le tennis de table pour une question de vie ou de mort, et qu'on se rend au cinéma en fanatique, ça peut mener loin. Avec un pareil casier judiciaire, il était inévitable qu'un jour Jaccard vînt à la rencontre de Cioran. C'était en 1978 : l'éditeur de la collection « Perspectives critiques » aux PUF voulait enrôler le moraliste roumano-pratin dans une rafle d'écrivains sommés de définir leur attitude par rapport à la mort, rien de moins. On ne s'en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard