Cinquante nuances d'aigri

Cinquante nuances d'aigri

sérotonine contient un bon roman sur l'agriculture française, empêchée de faire un travail de qualité par les convictions libres-échangistes du ministère et des instances européennes. D'autant plus intéressant que Michel Houellebecq, comme son héros, a fait des études d'agronomie. C'est solide, documenté, vivant : la scène d'affrontement entre les producteurs laitiers et les CRS se révèle même éminemment cinématographique. Mais cette intrigue n'occupe qu'un tiers du livre. Le reste retrace le parcours professionnel et amoureux du narrateur, comme dans la plupart de ses romans. L'occasion de développer ses théories autrement plus sulfureuses et médiatiquement payantes. Et là, il se répète beaucoup. Il revient sur les femmes asiatiques plus compétentes sexuellement (son étrange médecin lui conseille un voyage en Thaïlande, amplement exploré dans Plateforme). Mais aussi sur celles originaires des pays de l'Est prédisposées à être de bonnes femmes au foyer (expliqué da ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon