Chercher l'erreur

Chercher l'erreur

Ce qui a été tricoté pour renforcer la suprématie masculine peut être détricoté pour favoriser l'égalité.

Longtemps, les opposants à la « féminisation » ont contesté cet objectif au nom du respect de la langue. La première Déclaration de l'Académie française (1984), qui s'élevait contre la Commission de terminologie relative au vocabulaire concernant les activités des femmes créée par Yvette Roudy, se terminait ainsi par ces phrases menaçantes : « Des changements, faits de propos délibéré dans un secteur, peuvent avoir sur les autres des répercussions insoupçonnées. Ils risquent de mettre la confusion et le désordre dans un équilibre subtil né de l'usage, et qu'il paraîtrait mieux avisé de laisser à l'usage le soin de modifier. » Phrases que l'Académie allait répéter dans sa deuxième Déclaration (2002), puis dans la troisième (2014). On peut parier qu'elles ne figureront pas dans la prochaine. En effet, on sait aujourd'hui que personne d'autre qu'elle n'a cherché à faire des « changements, de propos délibéré », dans différents « secteurs » de la langue française, en prenant le risque de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine