Chemins détournés

Chemins détournés

CLERMONT (74) Le 2 juin

Le samedi 2 juin, la fondation Facim organise une rencontre littéraire avec Stéphane Audeguy, Céline Minard, Daniel de Roulet et Jocelyn Bonnerave autour des thèmes du paysage, de la marche et de la nature. Nous nous sommes entretenus avec Stéphane Audeguy, qui, pour cet événement, publie Opera mundi (éd. Créaphis), où il s'interroge sur l'appréhension du monde.

Dans Opera mundi, vous écrivez : « L'imaginaire est réel, non moins que les oeuvres que nous produisons. » Qu'entendez-vous par là ?

Stéphane Audeguy. Je veux dire que beaucoup de ce qui se fait en littérature contemporaine est dominé par une sorte d'idéologie réaliste. La littérature dite d'imagination occupe une place minoritaire et souffre d'une véritable désertification. Cette tendance pourrait conduire à la mort d'autres genres, comme celui du fantastique. Dans un tel contexte, il y a deux faits : un espace de l'imaginaire, qui n'est pas le réel, et le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon