Chasseurs sachant chasser

Chasseurs sachant chasser

Dans la déjà longue histoire du roman policier, les récits où il est question de livre sont innombrables. Livre précieux qu'on dérobe, livre maudit, livre contenant la réponse à une énigme, livre dont il faut décoder un passage, livre devenant l'arme du crime, livre qu'on lit pour savoir comment il conviendrait d'assassiner proprement son prochain... Ou encore livre qu'on achète à un club spécialisé, qui arrive chez vous par la poste et qui vous entraîne dans une cascade ininterrompue d'ennuis, comme dans Les ordinateurs ne discutent pas de Gordon R. Dickson, une nouvelle désormais classique où un abonné reçoit Kidnapping de Robert Louis Stevenson, alors qu'il avait commandé Kim de Rudyard Kipling, puis réclame, retourne à son expéditeur le colis qu'il n'a pas désiré, est poursuivi par une société de recouvrement, parce qu'il n'a pas payé les 5 minimes dollars que coûte l'ouvrage, et finit par avoir le F.B.I. sur le dos pour avoir kid ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé