Chasseur à la manque

Chasseur à la manque

Trente-deux pages de texte, sept de dessins à la mine de plomb de Philippe Ségéral, un petit livre d'orfèvrerie. Chez les Bergounioux, les hommes vont à la pêche, on se souvient de l'admirable La Ligne , chez Verdier, en 1997, de la mémoire opaque de l'eau et de maints souvenirs halieutiques éclaboussés dans tous ses livres. Ici encore, quand il faut dire le fusil, le sang sur les doigts et les fourrures, tout vient à travers le miroir noir infranchissable et franchi pourtant de la rivière. Il écrit : « L'eau nous dérobe ses secrets, ses hôtes, sous des images menteuses. La magie de la pêche tenait à ce qu'on ne voyait rien de ce qui se passait sous la surface. C'est sur la foi de signes trompeurs, d'arbres riverains, de nuages, d'oiseaux qu'on s'évertuait à deviner ses profondeurs secrètes. Lorsqu'on avait su faire coïncider les apparences de végétation, de ciel avec le monde caché, on attrapait des poissons [...]. Il n'y a jamais rien eu d'obscur ni de trouble à les prendre. Leur ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine