Chassés-croisés chez les surréalistes

Chassés-croisés chez les surréalistes

L'histoire de la littérature, c'est aussi une histoire de rencontres amoureuses et amicales. Fille d'un avocat russe, Elena Ivanovna Diakonova fait connaissance en 1912 de Paul Éluard au sanatorium en Suisse où tous deux soignent une tuberculose. Il n'est pas encore poète, elle n'est pas encore Gala. Marié en 1918, le couple fréquente les surréalistes, notamment André Breton et Louis Aragon. Amie de René Char et de René Crevel, Gala devient en 1921 la maîtresse du peintre Max Ernst, qui s'installe au domicile des époux à Eaubonne dans le Val-d'Oise. Elle quitte les deux hommes pour Dalí en 1929 et devient la muse du peintre. Elle restera en bons termes avec Éluard, qui lui envoya jusqu'à la fin des lettres qui témoignent de leur complicité artistique et érotique.

(Source : www.brainpickings.org/)

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes