Charlie et la littérature

Charlie et la littérature

Les tueurs passent, la création continue. » Il y a quelque chose de fier, presque bravache, dans ce propos de Philippe Lançon, tenu à la veille du cinquième anniversaire d'un attentat dont il fut l'une des victimes. Une vie après Charlie, une oeuvre après Charlie. On avance sans oublier. C'est dans le chaudron du drame que la suite prend sa place, non pas pour le nier, encore moins pour l'effacer, mais le transformer. En quoi ? C'est là que la littérature retrouve tous ses droits. Entre Le Lambeau de Lançon (réédité en poche chez Folio) et le livre de Riss, qui désormais l'accompagne et le complète, il ne faut pas chercher d'autre parenté que celle d'une ambition partagée. L'un et l'autre sont des alchimistes des lettres. Ils font de l'or avec le plomb qui tue. Après, c'est chacun selon son style, et donc sa personnalité. L'objet de ces lignes n'est pas de les comparer mais d'aller voir, si tant est que cela soit possible, comment, avec eux, on peut racont ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.