CHARLES BURNS

CHARLES BURNS

Né en 1955 à Washington, venu à la BD dans les années 1980 à la suite d'une rencontre avec Art Spiegelman (il collaborera longtemps à sa revue Raw), Charles Burns a étudié à l'Evergreen College au côté de Matt Groening. « On aimait Frank Zappa, on abordait l'Amérique de la même manière », affirmait-il, dans une interview de 2016, à propos du créateur des Simpson. Vraiment ? Si Daniel Clowes est le chantre de l'adolescence décalée ou en rupture de ban, Charles Burns est le poète de la monstruosité assumée, du teen angst vécu à même la chair. Lynch encore, peut-être, mais plus côté Eraserhead que Sailor et Lula. Et Cronenberg, bien sûr. Black Hole, l'oeuvre maîtresse de Charles Burns, l'a occupé une dizaine d'années. Au large de Seattle, dans les années 1970, un groupe d'ados middle class est contaminé par une étrange maladie vénérienne, « la crève », qui donne naissance chez eux à d'inquiétantes mutations ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes