Charité bien ordonnée

Charité bien ordonnée

Comment orienter efficacement les dons aux associations humanitaires, qui représentent chaque année des milliards de dollars ? Le philosophe utilitariste australien Peter Singer se penche sur la question dans L'Altruisme efficace et s'intéresse notamment à la différence entre l'empathie émotionnelle et l'empathie cognitive. « L'empathie émotionnelle, comme l'indique son nom, est basée sur une réponse émotionnelle à une situation de souffrance dont on est témoin. L'empathie cognitive, elle, est la réponse rationnelle à cette situation. » Peter Singer prend l'exemple de l'organisation Against Malaria Foundation, pour laquelle on ne ressent pas d'empathie émotionnelle. « Les enfants qu'il s'agit de sauver grâce aux moustiquaires n'ont pas encore la malaria : ils sont une abstraction. D'autres associations, comme l'américaine Make-A-Wish, jouent à dessein sur la fibre émotionnelle. Mais exaucer le voeu d'un enfant malade coûte en moyenne 7 500 dollars alors q ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard