Chantal Mouffe Belgique, 1943

Chantal Mouffe Belgique, 1943

La philosophe politique belge inspire tous les nouveaux mouvements européens « populistes de gauche ».

beaucoup n'ont découvert son nom que lors de la dernière élection présidentielle, via les citations qu'en faisaient Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Depuis 1985 - quasi un autre siècle - et Hégémonie et stratégie socialiste - son grand ouvrage écrit avec le théoricien politique argentin, installé comme elle à Londres, et qui fut son mari, Ernesto Laclau (1935-2014) -, la philosophe politique belge Chantal Mouffe était pourtant largement reconnue dans le monde (notamment en Amérique du Sud) comme une référence de toute réflexion impliquant ce qu'on nomme de façon vague « le peuple ». Mais il a fallu attendre les événements récents en Europe, liés à la crise de 2008, pour qu'elle devienne une inspiration directe de ces mouvements politiques atypiques que sont Podemos en Espagne, les Cinq Étoiles en Italie, La France insoumise, DiEM25, le mouvement européen lancé par l'ancien ministre grec des finances, Yánis Varoufákis, etc.

Les raisons de ce succè ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon