Chant de Weyla et autres poèmes

Chant de Weyla et autres poèmes

Né à Ludwigsburg en 1804, Eduard Mörike, poète romantique allemand, est de ceux qui s'effacent derrière son oeuvre. Pasteur sans vocation, on dit qu'il eut une existence monotone dans la région de Stuttgart. À l'âge de 24 ans, il tenta de vivre de sa plume, mais s'étouffa d'angoisse à l'idée de rendre des articles à un journal. Il revint à son premier métier pour de modestes fonctions et enseigna la littérature. On dit aussi que l'auteur du Voyage de Mozart à Prague ne quitta jamais sa Souabe natale. Ses voyages sont des rêves où il traverse des landes étrangères, entraîné par des chevaux funèbres. Il publia son premier livre à 34 ans, mais, plutôt que d'en écrire d'autres, il le remania sans cesse. Sa sensibilité, son renouvellement des formes poétiques, sa capacité à restituer ce que le réel contient de joie et de douleur, son univers fantastique, eurent raison de sa discrétion. Le royaume imaginaire d'Orplid, île perdue peuplée de naufragés allemands où règne la déesse W ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon