Chère Visiteuse

Chère Visiteuse

Dans son doux, tendre et si merveilleux Mourir d'enfance Grand Prix du Roman de l'Académie française, 1995, Alphonse Boudard signait : « Le péché, ça a de bons côtés... c'est même si agréable que le commun des mortels vous en veut s'il ne peut pas partager votre félicité. » Quand un écrivain de la trempe de Boudard écrit ce genre de phrases qui ont un peu la pose de sentences définitives, on a envie d'en savoir plus. Qu'il éclaire notre lanterne parce qu'il nous a appâtés. Sur le péché justement. Or péché il y a dans son dernier roman Chère Visiteuse . Cette suprême volupté humaine trouve ici non pas son application consciencieuse, mais un cadre charmant, délicieux et surtout insolent. A partir de la rencontre, sur la table des opérations romanesques, entre un beau taulard et une aristocrate bien nommée et opulente, Boudard laisse pousser sa « jactance fleurie » pour la passion d'une Belle et d'une Bête. Le braqueur Gilles Dastel, roi de l'évasion, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes