C'est du lourd

C'est du lourd

Un essai sur le cinéaste Billy Wilder, à contre-courant de sa réputation de légèreté.

Voir associés la gravité et Billy Wilder en étonnera plus d'un, tant l'auteur de Certains l'aiment chaud peut spontanément être rangé du côté de la légèreté. Ne parle-t-on pas d'un réalisateur connu pour ses comédies ? N'est-il pas le responsable de la célébre image de Marilyn Monroe sur le point de s'envoler au-dessus d'une bouche de métro ? Mais son oeuvre a une autre réputation moins flatteuse chez certains cinéphiles : cynique, grossière et vulgaire. Emmanuel Burdeau choisit de prendre cette idée au pied de la lettre : si les films de Wilder semblent lourds, c'est que tout y pèse ou y est pesé. Un ton grave y leste les élans comiques, tandis que la gravité terrestre cloue au sol les mouvements.

La gravité s'impose comme une méthode autant qu'un thème. Autour de la filmographie du cinéaste gravitent d'autres oeuvres : celles d'Ernst Lubitsch, d'Otto Preminger et de Vincente Minnelli. Lui tourne autour aussi l'histoire, celle des États-Unis et celle de l'Allemagne. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Amazonia », Patrick Deville, éd. du Seuil